Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : LAU PHILO ou Philosopher, méditer et échanger sur tout ce qui nous entoure
  • : Philosophie, Réflexion, Introspection, Méditation, Imagination, Intuition, Bon sens, CNV,
  • Contact
21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 10:47
Ce que la femme dit d'elle et de son corps au théâtre

Je suis allée au théâtre voir KING KONG Theorie. Au départ, c'était pour me détendre... A l'arrivée, ce fut pour réfléchir ! Un texte âpre, douloureux, mais bien écrit par Virginie Despentes, qui tente de nous faire rire avec un sujet grave. D'ailleurs, les spectateurs qui rient le mieux ne sont-ils pas ceux qui, au fond, considèrent davantage ce texte comme anecdotique, fruit de la réflexion/confusion d'une femme névrosée, voire perturbée ?

Sur scène, 3 femmes pour incarner les femmes d'aujourd'hui : elles parlent, elles bougent, elles fument, elles chantent, elles s'allongent sur le sol, se relèvent puis s'assoient, elles filment, elles sourient, elles changent de vêtements... elles sont toujours en mouvement. Des femmes qui s'interrogent et interpellent au sujet de la place, du sens et de l'organisation de la féminité et de la masculinité dans notre société.

3 femmes sur scène, cela ne vous rappelle rien... mais si, en 2002... plus de 15 ans déjà !

Les monologues du vagin : 3 femmes sur scène pour faire partager la découverte de leur corps, plus précisément leur vagin. Un texte léger, humoristique qui donne envie d'être une femme, qui donne envie d'avoir une vie sexuelle épanouie.

15 ans entre ces 2 pièces... et aujourd'hui, le SEXE est devenu un sujet grave, douloureux pour les femmes. D'ailleurs, la notion de plaisir est à peine évoquée dans King Kong Theorie... alors que de nombreuses femmes aujourd'hui ont réussi, après longue revendication, à pouvoir utiliser leur corps de la même façon que les hommes, c'est à dire juste pour en "tirer" du plaisir, pratiquer ce que j'appelle trivialement le  "One shot"... et finalement c'est comme si cette accessibilité plus rapide au plaisir en avait fait perdre le goût... pour laisser place à l'amertume.

LAU PHILO

Partager cet article

Repost0

commentaires

Illustrations Signées Par