Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : LAU PHILO ou Philosopher, méditer et échanger sur tout ce qui nous entoure
  • : Philosophie, Réflexion, Introspection, Méditation, Imagination, Intuition, Bon sens, CNV,
  • Contact
2 janvier 2019 3 02 /01 /janvier /2019 09:57
Bonjour 2019 !

Une nouvelle année, de nouveaux espoirs !

Avec 2019 que du "9" et surtout saisir les belles occasions qu'offre la Vie !

Quel leitmotiv ! pour oser ouvrir la porte derrière laquelle on se réfugie de crainte d'être désappointé(e), déçu(e), meurtri(e), voire agressé(e) par ce qu'on imagine être la réalité... qui ne s'offre qu'à l'un de nos 2 yeux, à travers ce trou de serrure, étroit interstice de lumière creusé dans la masse de cette porte.

Certes le risque existe, cependant il est double !     

C'est aussi le risque d'être surpris(e), ébahi(e), ravi(e), voire émerveillé(e)...        

par tout ce que la surface de cette porte occulte.

Et si les noeuds, que suggèrent les ceps de vigne,   

n'étaient que quelques noeuds gordiens qu'il convient de trancher   

pour révéler toute la lumière puis toutes les couleurs de cette nature sombre... 

le fait d'avoir osé ouvrir la porte prendrait alors tout son sens.

Alors ? optimiste pessimiste ou pessimiste optimiste ?

Bonne année sur le chemin de l'épanouissement personnel

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 10:47
Ce que la femme dit d'elle et de son corps au théâtre

Je suis allée au théâtre voir KING KONG Theorie. Au départ, c'était pour me détendre... A l'arrivée, ce fut pour réfléchir ! Un texte âpre, douloureux, mais bien écrit par Virginie Despentes, qui tente de nous faire rire avec un sujet grave. D'ailleurs, les spectateurs qui rient le mieux ne sont-ils pas ceux qui, au fond, considèrent davantage ce texte comme anecdotique, fruit de la réflexion/confusion d'une femme névrosée, voire perturbée ?

Sur scène, 3 femmes pour incarner les femmes d'aujourd'hui : elles parlent, elles bougent, elles fument, elles chantent, elles s'allongent sur le sol, se relèvent puis s'assoient, elles filment, elles sourient, elles changent de vêtements... elles sont toujours en mouvement. Des femmes qui s'interrogent et interpellent au sujet de la place, du sens et de l'organisation de la féminité et de la masculinité dans notre société.

3 femmes sur scène, cela ne vous rappelle rien... mais si, en 2002... plus de 15 ans déjà !

Les monologues du vagin : 3 femmes sur scène pour faire partager la découverte de leur corps, plus précisément leur vagin. Un texte léger, humoristique qui donne envie d'être une femme, qui donne envie d'avoir une vie sexuelle épanouie.

15 ans entre ces 2 pièces... et aujourd'hui, le SEXE est devenu un sujet grave, douloureux pour les femmes. D'ailleurs, la notion de plaisir est à peine évoquée dans King Kong Theorie... alors que de nombreuses femmes aujourd'hui ont réussi, après longue revendication, à pouvoir utiliser leur corps de la même façon que les hommes, c'est à dire juste pour en "tirer" du plaisir, pratiquer ce que j'appelle trivialement le  "One shot"... et finalement c'est comme si cette accessibilité plus rapide au plaisir en avait fait perdre le goût... pour laisser place à l'amertume.

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
8 août 2018 3 08 /08 /août /2018 09:53
Solo, ne va pas a vau l'eau !

Force est de constater que de plus en plus de femmes et d'hommes vivent seuls, quand bien même ils ne l'ont pas choisi. Divorcé(e)s, veuf(ve)s, célibataires, tous veulent continuer à vivre leur vie de femmes et d'hommes, dans leur environnement professionnel, dans leur intimité et durant le temps des loisirs.

Il serait légitime de penser que c'est, d'ailleurs, durant le temps des loisirs que ces femmes et hommes rencontrent le moins de difficultés. Or, ce n'est pas le cas s'ils choisissent de pratiquer des activités en solo.

"Pourquoi en solo et pas en groupe ?" me direz-vous.

Tout simplement parce qu'une sortie peut se décider sur un coup de tête, n'est-ce pas ?Pourquoi un solo devrait-il toujours prévoir à l'avance et s'organiser pour s'octroyer un moment de détente ?

Eh oui ! Lorsqu'on vit seul, sortir à deux ou en groupe suppose toujours un échange préalable par courriel, sms ou téléphone pour fixer un lieu et une heure de rendez-vous et surtout se mettre d'accord sur l'activité. Bien-sûr, il existe OVS, QUINTONIC... mais pourquoi être obligé(e) de sortir avec des personnes que l'on ne connait pas, d'autant plus le jour où on n'a pas forcément envie d'échanger ?

Ainsi vient le moment où, sur un coup de tête, j'ai envie :

1) après m'être baladée dans les rues de PARIS, d'entrer dans un restaurant ou une brasserie pour déjeuner. "Quoi de plus simple ?" me direz-vous. Tout d'abord, il y a l'épreuve de la table... le plus souvent, c'est la table située dans un petit coin, proche de l'entrée de la cuisine ou des toilettes ou de l'escalier, qui vous est attribuée. Combien de fois suis-je sortie d'un restaurant ou d'une brasserie, l'accès d'une table qui me plaisait m'ayant été refusé ? Puis vient l'épreuve du regard appuyé des autres clients, surtout ceux en couple, pour lesquels vous devenez, quel que soit votre sexe, un(e) rival(e) potentiel(le) et qui tentent de vous faire comprendre qu'il ne faudra pas tenter d'accrocher le regard de leur compagnon ou compagne. Enfin la dernière épreuve, celle du choix du plat... même le serveur s'attend à ce vous conformiez aux préceptes de la diététique (vous êtes seul(e) et il faut rester compétitif(ve)... et il est alors amusant de lire, sur le visage, la surprise dans le meilleur des cas, sinon la déconvenue, quand vous énoncez avec délectation "Hamburger maison ou moules du Bouchot avec frites maison" ou "Couscous méchoui" ou bien "Saucisse aligot" et que vous osez arroser le tout d'un peu de vin ou de bière. En effet, pourquoi aller dépenser de l'argent au restaurant ? sinon pour manger quelque chose qu'on ne cuisine pas chez soi et également pour le plaisir d'être servie !

2) après une journée difficile, d'aller au cinéma pour me "laver la tête" de toutes les préoccupations parasites. Dans ce cas, une seule épreuve, mais elle est de taille ! Arrivé(e) beaucoup plus tôt afin de pouvoir choisir la place adéquate pour bien voir les images tout en lisant les sous-titres (problèmes de vue qui font que je ne peux pas conduire), je vais devoir cependant "me battre" pour garder la place (que j'ai payée), face à ces prédateurs que sont les couples qui, arrivés juste 5 minutes avant le début du film, trouvent plus que légitime que vous vous déplaciez pour qu'ils restent l'un à côté de l'autre, là précisément où ils l'ont choisi, prenant même les autres spectateurs à témoins pour faire pression... et vous agonir de reproches quand vous avez décidé, comme moi, de résister à cette culpabilisation collective ! Evidemment, seule et unique condition avant de se lancer dans cet acte "héroïque", il est impératif de choisir un film qui en vaut le coup !

Ce sont donc deux exemples notoires sur des situations qui a priori vous paraissaient anodines avant de lire cet article et pourtant la difficulté ne réside pas toujours là où on l'imagine...

Vous qui êtes en couple, profitez des avantages que vous procure votre statut ! Et essayez de témoigner davantage d'empathie à l'égard des solos qui aspirent seulement à vivre un moment de détente au milieu d'une assistance où chacun a le droit d'exister et de se sentir bien !

Et vous, les solos, osez revendiquer votre statut ! Ne cédez pas à la culpabilisation ! Vous avez le droit d'obtenir la même satisfaction que les autres clients accompagnés.

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 20:28
Je ne peux aller à New-York, alors le MOMA vient à moi
Je ne peux aller à New-York, alors le MOMA vient à moi

Enfin le MOMA s'est offert à moi... certes quelques œuvres... mais quelles œuvres ! non des moindres ! Regarder un tableau et associer immédiatement l'un des grands noms de la peinture ; KALDER, MONDRIAN, ROTHKO, LICHTENSTEIN, DALI, WARHOL, PICASSO, KLIMT, ... (chercher l'intrus ;-) et bien d'autres encore...

Un seul regret : pas assez de tableau... mais justement cela m'a permis, dans un espace démesuré tel que celui de la fondation VUITTON, de pouvoir avoir la proximité désirée avec chacune des œuvres et de prendre tout mon temps pour bien scruter les couleurs, les lignes, les formes... J'ai même pu prendre l'un des bonbons de l'œuvre éphémère ci-dessus représentée. Cette exposition se termine à la fin de la semaine, sinon, contrairement à moi, vous aurez peut-être l'opportunité d'aller découvrir le musée grandeur nature.

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 13:09
Et si l'amour ce n'était que du cinéma

Au cinéma, lorsqu'une femme naïve et bienveillante tombe malencontreusement amoureuse de ce qui peut s'apparenter à un monstre, elle reçoit en retour, après multiples sacrifices librement consentis et quelques péripéties affrontées avec courage et détermination, l'amour de celui qui, grâce à elle, a pu enfin montrer autre chose de lui que ce qui apparaissait comme monstrueux aux yeux des autres : Dragon Inside me, La belle et la bête, The shape of water (la forme de l'eau)...

Dans la réalité, lorsqu'une femme naïve et bienveillante tombe amoureuse d'un homme, elle peut malencontreusement se réveiller, un matin, à côté d'un monstre auquel l'homme qu'elle a aimé, a laissé place, insidieusement et lentement. Qu'est devenu l'homme ? La femme naïve et bienveillante, par son amour inconditionnel, n'a-t-elle pas appelé chez l'homme cette cruauté qui résulte du fait que l'homme, se sentant tout puissant, a finalement expérimenté son pouvoir (pour en connaitre les limites) sur cette femme dont la naïveté et la bienveillance, qu'il a apparentées à de la vulnérabilité, le provoquaient chaque jour davantage ?

Toute la question est là : est-il préférable, comme dans les films, de rencontrer un monstre qui, découvrant les vertus de l'amour, se révèle être doux comme un agneau avec sa belle ou, comme cela est davantage probable dans la réalité, de rencontrer un homme qui, se sentant finalement harcelé par autant d'amour, se métamorphose en monstre ?

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2018 1 01 /01 /janvier /2018 00:57
Seule ou à deux avoir le rythme
Seule ou à deux avoir le rythme

Seule ou à deux avoir le rythme

De quoi ai-je à me plaindre ?

Mon fils vient de me souhaiter ses vœux pour 2018,

Des amis m'ont souhaité un bon réveillon,

Les membres de ma famille proche sont en vie ce soir,

J'ai un toit sur ma tête,

A la fin de mes congés, je vais reprendre mon travail, mon fils également,

et j'ai la chance de pouvoir écrire ce texte sur mon PC....

De quoi ai-je à me plaindre ?

Sinon que l'homme que j'aimais à trouver mieux à aimer,

Sinon que, malgré mes larmes, je pense encore à tous ceux qui ont encore bien plus de légitimité que moi de se plaindre se soir.

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 06:54
Des croyances et des valeurs

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de mon blog.

Je l'ai commencé alors que j'étais "une autre"...

Un parcours initiatique certainement à la rencontre de mon être intérieur qui ne demande qu'à se déployer....

Comme toute métamorphose, cela est parfois douloureux, mais la quête de moi-même n'est-elle pas un enjeu primordial pour cette vie dont j'ai déjà parcouru une bonne moitié (plus ou moins, je le saurai à la fin).

Habituellement, j'aime fêter les anniversaires. Mais celui de mon blog me contraint à me remémorer les circonstances de sa création et, comme j'étais une "autre", cela reste nébuleux.

Cependant, c'est aussi une opportunité pour appréhender le chemin parcouru durant ces 11 années et je peux ainsi me rendre compte que je sais aujourd'hui être à l'écoute de mon corps : le respecter, en prendre soin et l'aimer. Mais le corps n'est rien sans l'esprit et je dois m'appliquer à poursuivre mon travail de réflexion, d'introspection, de questionnement, de mise en cause radicale de toutes mes "croyances" qui ont gouverné ma vie jusqu'ici, afin de découvrir les valeurs qui désormais guideront mon existence.

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 14:41
Le syndrome TWILIGHT et ses symptômes

Peut-être étais-je quelque peu dans une période de désoeuvrement affectif... lorsqu'il m'a pris l'envie de visionner la saga américaine TWILIGHT, ce que j'ai fait d'ailleurs en quelques jours seulement, subjuguée par ce que je découvrais... Prise au jeu, je me suis alors amusée à comparer les contes qui ont bercé ma jeunesse avec cette histoire que les jeunes filles d'aujourd'hui affectionnent plus particulièrement.

Et quelle fut ma surprise de constater que, dans ces 5 films, persistent toujours les mêmes stéréotypes sexistes ! qui ne sont peut-être pas très lisibles, à première vue, en raison des scènes récurrentes de lutte, entre vampires et loups-garous, dont les effets spéciaux garantissent des frissons mémorables.

Premier symptôme du syndrome

La jeune fille qui se sent différente des autres filles de son âge (évidemment) ne peut être attirée que par un être exceptionnel... et où se situe l'exceptionnel dans ce cas ?

Dans le fait que l'homme convoité n'a d'humain que l'apparence. En effet, elle s'intéresse 1) soit à un loup-garou, un humain qui a la faculté de se transformer en loup aux pouvoirs impressionnants, mais qui peut la blesser, dès qu'elle le met en colère ou 2) à un vampire, un humain au sang froid, éternellement jeune, qui ni ne mange (pas de tête à tête au restaurant) et qui ne dort, occupé plutôt à chasser les animaux de la forêt pour leur sang qu'il boit bien frais (c'est ce qu'on appelle un vampire "végétarien"), mais qui, cependant, est fort alléché par l'odeur qu'elle dégage.

On critiquait les jeunes filles de mon âge qui attendaient et finissaient par épouser le Prince Charmant pour finalement se rendre compte qu'il n'existait pas. Aujourd'hui, évidemment c'est bien différent, mais d'autant plus consternant ! cette jeune fille non seulement ne croit plus au Prince Charmant mais est subjuguée par deux êtres qui ont l'apparence humaine, mais qui sont soumis inéluctablement à leurs instincts primaires. Ce qui laisse sous-entendre que la femme serait encore et toujours la rédemption de l'homme obligatoirement hanté par ses démons.

Deuxième symptôme du syndrome

Cette jeune fille finit par choisir l'un des deux, celui qui, d'ailleurs, a voulu s'éloigner d'elle pendant plusieurs mois, avant qu'elle ne le retrouve pour le sauver de l'extermination. Emportée par son enthousiasme, elle accepte de se marier très rapidement. Et puis vient la nuit de Noces que le marié craint en raison de l'éventuelle émergence de ces instincts dans un moment où il sera submergé par ses émotions. En effet, ils n'ont eu encore aucun rapport sexuel. Paradoxalement, c'est la jeune fille par conséquent toujours vierge qui reste confiante et le rassure. De plus, elle n'envisage même pas un rapport protégé car un vampire ne peut engrosser une humaine.

STOP ! STOP ! Nous sommes au XXIème siècle, le sida fait encore des ravages et de telles inepties sont encore distillées dans des films réservés aux adolescents de tous pays. La jeune fille non seulement ne connait pas le passé sexuel de son mari qui a 17 ans depuis plus de 100 ans mais aussi semble ignorer comment "on fait un enfant". Je suis effarée !

Bref, le lendemain matin, la chambre nuptiale est détruite, la jeune fille a le corps couvert de bleus et, très rapidement, son ventre s'arrondit de façon phénoménale puisque le père n'est pas humain. Et elle est très heureuse. Le fœtus grandit trop vite et, pour la sauver, un verre de sang bien frais lui est proposé et elle le boit avec délectation. Et tout le scénario est fait de façon à laisser croire que sa vie est idéale !

Troisième symptôme du syndrome

Sa grossesse met sa vie en danger et son vampire de mari la mord pour la sauver !

Et la boucle est bouclée. Cette jeune fille à l'aube de sa vie de femme ne peut même pas trouver par elle-même sa propre voie et être aimée pour ce qu'elle est. Non ! d'ailleurs, ce n'est pas ce qu'elle veut, puisqu'elle veut rester éternellement avec celui qu'elle aime... Et voilà, une femme mariée avec un enfant qui arrête brusquement ses études, qui ne peut plus voir sa famille sous peine de trahir sa nouvelle nature, et qui sera condamnée à ne plus dormir et à boire du sang éternellement... Un message bien ficelé en 5 étapes !

Au cours de mon enfance et de mon adolescence, j'ai lu et relu les contes de Blanche-Neige ou Cendrillon qui ont, après maintes difficultés et épreuves, fini par épouser un Prince Charmant ! Certes, c'est loin de la réalité, mais au moins ces 2 personnages de nature bienveillante ne sont devenues que des princesses aux belles robes vivant dans des beaux châteaux et non des monstres soumis à leurs instincts primaires, assoiffés de sang et de violence !

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 15:49
Illusions

Dans ce monde de requins, je me ballade comme un poisson dans l'eau.

Mon habit de couleurs vives semble me donner l'immunité face à ces grands monstres sombres qui louvoient en eau trouble.

Face à moi surgit un Poséidon ailé qui semble vouloir écarter tout obstacle du chemin que je trace, avec quelque optimisme, au milieu de tous ces rapaces dont la combativité n'a d'égal que la cruauté.

Mais... ne suis-je pas qu'une rascasse ? au-secours ! faut peut-être que je me casse...

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 12:33
CHOCOLAT, le film

J'ai enfin regardé le film CHOCOLAT à la maison, en 2017 (il était temps !).

On me disait que c'était un bon film sans plus de détail ; curieusement personne ne développait son avis... Cela m'agaçait d'autant plus que j'avais l'impression que personne n'osait aller au bout de sa pensée... pourtant, selon tous, il était impératif d'aller voir ce film !

J'ai bien fait d'attendre pour voir, dans un cadre familier, ce film qui n'est pas facile à regarder.

Selon moi, le fait d'oser dire qu'on a apprécié ce film revient à valider, d'une certaine façon, la vision que l'homme noir entretient de lui jusque sur son lit de mort, quand il dit à son partenaire de cirque :

" Je voulais changer de peau, j'ai été un stupide négro. " 

Comment pouvoir recommander ce film comme n'importe quel autre ? alors que c'est la nature humaine et notre histoire de colonialistes qui sont ici épinglées... non pas que je m'estime mieux pensante que les autres.... mais comment pourrais-je parler de ce film, sans prendre soin d'ajouter qu'il est difficile à regarder ? car c'est aussi soi-même qu'on regarde, comme dans un miroir...

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 10:37
Liesse pour les uns et consternation pour les autres

Liesse pour les uns et consternation pour les autres

Quelle consternation cette semaine !

L'Amérique est maintenant associée à l'image de Donald TRUMP !

En ce qui concerne Donald, c'est plutôt emblématique : ne s'agit-il pas d'un des personnages les plus populaires de WALT DISNEY ?

En ce qui concerne TRUMP et tout ce que son nom représente, c'est très inquiétant : l'une des grandes puissances mondiales dans les mains d'un homme qui doit sa renommée au fait qu'il a amassé énormément d'argent.

Comme le disait très justement un journaliste : "en caricaturant l'homme, nous avons occulté le phénomène social qu'il représente." En effet, cet homme a été élu par une majorité d'américains qui rejettent tout ce qui vient de la sphère politique, qui n'acceptent plus d'être méprisés et refusent l'étiquette de "bas peuple", qui, certes, ne sont peut-être pas très cultivés mais qui veulent que l'on leur rende leur dignité et la possibilité de rêver à un monde meilleur. En cela, leur vote est respectable, même si l'inquiétude est grande quand on réalise que l'avenir des USA, et du monde (suivant les futurs choix politiques), a été confié à un homme inexpérimenté dans la Chose Publique.

Certes, Donald TRUMP sera très entouré mais saura-t-il faire preuve de discernement, lorsqu'il faudra choisir l'une des orientations proposées par divers conseillers dont on ne peut assurer qu'ils oeuvrent pour l'intérêt public : celui des USA, celui du monde ?

La France prépare ses prochaines élections présidentielles... les français auront-ils le choix de confier l'avenir de leur pays à quelqu'un qui, non seulement, les respecte et les fera rêver mais qui, aussi, sera animé par la volonté d'incarner la RES PUBLICA ?

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 15:28
Thursday's night, NICE was NO MORE nice

Ce matin du 15 juillet 2016, le lever du soleil est toujours aussi sublime ; cependant quelques tâches de pourpre viennent endeuiller la mer qui, maculée de cette couleur, semble compatir à la désolation de la ville qu'elle côtoie inlassablement tout au long de la Promenade des Anglais.

Promenade des Anglais qui, à compter de cette soirée funeste, est devenue irrémédiablement cosmopolite. Désormais, dans plusieurs pays, le chagrin (et/ou le deuil) de quelques personnes est désormais attaché à cette ville qui a payé un lourd tribut au nom de "LIBERTE EGALITE FRATERNITE"

MALRAUX aurait dit "Le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas". Aucun terroriste ne peut se réclamer d'une religion. Mais il est vrai que de tels événements dramatiques poussent chacun de nous à la réflexion sur le sens de la Vie et ce qui vaut la peine d'être vécu et défendu.

Quoi qu'il en soit, l'Histoire du XXIème siècle s'écrit encore avec notre sang, tous comme les siècles passés : notre humanité doit parcourir un long chemin avant que de trouver la sérénité.

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 11:37
Recommandation pour le livre de Frédéric LENOIR : La puissance de la JOIE

Enfin l'exposé d'une façon de vivre située à mi-chemin entre l'ataraxie et l'excès et qui met en avant cet état simple de la nature humaine, procurant du bien-être :

LA JOIE, la joie de vivre tout simplement.

Une citation de GIBRAN y apparaît. Je sais maintenant pourquoi j'aime rire à gorge déployée ! et je saurai dorénavant quoi répondre à mes détracteurs :

" Votre joie est votre tristesse sans masque. Et le même puits d'où jaillit votre rire a souvent été rempli de vos larmes. Comment en serait-il autrement ? Plus profonde est l'entaille découpée en vous par votre tristesse, plus grande est la joie que vous pouvez abriter. "

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 12:48
Encore de la barbarie ce vendredi 13 novembre...

Hier, vendredi 13 novembre... immédiatement plusieurs signaux forts qui viennent à l'esprit :

1) vendredi 13 : positif ou négatif selon les superstitions... jouer au loto ou se terrer chez soi...

2) journée de la "gentillesse" Pourquoi consacrer une seule journée à cette qualité humaine inestimable et indispensable ?

3) le dernier signal fort, moins évident pour tous, mais primordial pour moi : jour d'anniversaire de mon ex !

Cette journée était donc d'avance marquée par ces spécificités et elle est devenue marquante, à jamais, en raison des actes de barbarie perpétrés en soirée et dans la nuit...

Qui ne peut être terrifié, atterré par tant de cruauté désordonnée, de violence aveugle ?

Qui ne peut être touché par la souffrance, la douleur, la peine des victimes ou des familles des victimes ?

Egoïste, je me suis tournée vers mon fils, mes ami(e)s et mes proches pour être rassurée par leur réponse... que j'ai reçue avec grand soulagement.

Que faire, à partir d'aujourd'hui ? sinon résister moralement, psychologiquement, intellectuellement face à ces actes de barbarie afin de persister à faire émerger, dans ce contexte belliqueux, toutes les qualités positives qui font que nous restons des HUMAINS : MENSCHEN !

LAU PHILO

PS : mon ex désormais installé en province n'a plus le souci de me savoir en vie ?!? et le plus étonnant, c'est que je sois encore surprise par ce silence... ;-)

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 18:53
Lettre à Mr Hyde/Dr Jekyll
Lettre à Mr Hyde/Dr Jekyll

Je ne connais plus

Je ne reconnais plus l’homme que tu montres de toi, tel un hologramme,

depuis le jour où, sur les trottoirs de PARIS, tu m’as mise KO

Toi, l’homme que j’ai accueilli, par amour, alors que sa vie était devenue Détresse

et qui, un soir de liesse, a décidé de m’effacer, d’un seul trait, de son quotidien.

Tu m’en-visages comme si j’étais devenue ton ennemie,

Alors que c’est toi qui t’es détourné de notre avenir, en m’accusant des pires maux,

noircissant ainsi mon image pour mieux me détester en toute légitimité

Alors que c’est toi qui a aspiré à revoir cette femme fantasme de ta quarantaine perdue, émergée d’un passé de frustration

Alors que c’est toi qui es parti la rejoindre du jour au lendemain,

Espérant satisfaire ton as-piration : abandonner Paris pour la province.

Je me sens comme trahie par l’homme

qui m’a accompagnée puis a vécu avec moi durant plus d’une décennie,

qui m’a donné, selon toute vraisemblance, le meilleur de lui-même,

et que j’aimais si profondément … Docteur Jekyll !

J’ai l’impression que tu as laissé ce Toi(t) que j’aimais tant, doucement mourir,

en l’enlisant dans le marais de tes frustrations et de ton mal-être de Peintre,

afin que l’autre versant plus sombre de toi-même puisse soudain émerger

en m’explosant « à la gueule », tel un volcan béant qui se réveille, libérant son souffre,

avec la force d’un feu d’artifices rougeoyant qui abrase le ciel sombre

et la cruauté d’une bombe terroriste qui anéantit tout espoir d’un monde meilleur.

 

Ma vie s’en est alors trouvée déchiquetée… Mister Hyde.

 

D’abord un long cri sourd, puissant et dévastateur dans la poitrine…

Puis la morsure de l’Absence mêlée à la douleur de la Désespérance…

Et les jours qui se suivent, un à un, menant pas à pas sur le chemin de la résilience…

Tandis que s’enchainent les nuits durant lesquelles, dans le silence,

s’égrainent lentement et inéluctablement les tendres souvenirs indélébiles.

Le temps qui passe mais qui rien n’efface,

Mes blessures qui laissent place aux cicatrices

Cet amour que je ne veux ni oublier ni décolorer

Cette sensation que mon être intérieur se déploie en moi et investit mon espace de sa présence,

comme si je ne pouvais être seule, quand bien même je ne vois personne autour de moi.

Je ressens alors la force de la Vie, tel un bouton de rose , qui éclot à nouveau.

LAU PHILO

Partager cet article
Repost0